Renault-Cléon, des moteurs pour Mercedes

  • Par tayl_r
  • Le Mer 12 Juin 2013

Le constructeur automobile français Renault va construire des moteurs diesel pour deux véhicules du constructeur allemand Mercedes-Benz (Daimler), une commande qui pourrait représenter 100.000 moteurs à horizon 2015. Selon L'Echos, "la décision a été actée depuis plusieurs mois, mais n'a pas été rendue publique".

Le projet vise à équiper la nouvelle Classe C et l'utilitaire Vito du moteur 1,6 litre baptisé R9M qui est d'ores et déjà installé sur les Scénic et Mégane chez Renault et sur le petit citadin aux faux airs de 4x4 Qashqai de son partenaire japonais Nissan, a-t-il précisé.

Ce moteur sera fabriqué par l'usine Renault de Cléon, "mais pour les besoins spécifiques de la marque à l'étoile, il devrait subir différents aménagements". Il devrait équiper seulement les modèles d'entrée de gamme des deux véhicules concernés. Et "d'autres collaborations pourraient être étudiées, comme par exemple sur la future Classe B" de Mercedes, soulignant que ce projet aurait été acté avant l'accord de compétitivité signé le 13 mars avec les syndicats du groupe en France.

En contrepartie des efforts réclamés aux salariés, la firme au losange avait promis d'augmenter les volumes produits dans ses cinq sites français (+100.000 unités) et à produire aussi pour des partenaires à hauteur de 80.000 unités par an. L'objectif est d'atteindre une production totale supérieure à 710.000 véhicules dans l'Hexagone.

L'alliance Renault-Nissan et Daimler coopèrent depuis 2010 dans différents domaines comme la production de véhicules utilitaires légers, le partage et le développement de moteurs, et les deux groupes ont pris des participations croisées.

Augmentation de capacité prévue

Pour Renault, la commande de Daimler vient opportunément charger son site français de Cléon. Celui-ci avait plutôt bien résisté en 2012 malgré la crise, avec une production de 548.396 moteurs, en recul de 4,6 %, aidé par des commandes à la hausse de son allié Nissan. Les modèles de Daimler ne sont pas négligeables : en 2012, la Classe C s'est vendue à 160.000 unités en Europe, selon IHS, et le Vito s'est écoulé à 52.000 exemplaires, tous les deux à plus de 90 % en diesel.

Pour accueillir ces volumes, une augmentation de la capacité de Cléon est prévue cet été. Une production française qui raisonne comme un symbole, même si la décision semble avoir été actée avant l'accord de compétitivité signé en mars entre Renault et ses syndicats. Ce qui n'empêchera pas le site d'être impacté par les suppressions de postes prévus dans le cadre de l'accord - 8.200 au total sur la France.


AFP

    

Cléon renault