Jardinier autrement pour réduire et valoriser les déchets verts

Avec la fermeture des déchetteries, voici des alternatives pour valoriser ou réduire ses déchets végétaux.

Dechetsverts

  Faire du compost | Si vous avez de la place dans votre jardin, il est possible de faire du compost, en achetant un composteur ou en le fabriquant soi-même avec des palettes par exemple. Tous les déchets organiques peuvent y être déposés (épluchures de légumes, restes de repas, marc de café, tontes de gazon, feuilles, fleurs fânées...) pour obtenir, à terme, un amendement naturel qui enrichira vos massifs et votre potager.

Télécharger la fiche "Le compostage, qu'est-ce que c'est ?" (Métropole Rouen Normandie)


  Établir un paillage | Vous pouvez également déposer vos déchets verts au pied des plantes, dans les massifs comme au potager : résidus de tonte, branches broyées, feuilles mortes... Cette couverture au sol de plusieurs centimètres permet de freiner la pousse des herbes "indésirables", l'érosion des sols et l'évaporation de l'eau, mais aussi de nourrir le sol en se décomposant.

Concernant les déchets de tonte, pour éviter la fermentation, les odeurs ou l'acidité, il est recommandé de laisser sécher le gazon dans un coin ensoleillé du jardin en couche mince avant de le réutiliser (il aura un aspect foin). S'il doit être paillé "mouillé", ce soit être une couche fine (1 à 2 cm maximum).
 

  Tondre en mulching | C'est-à-dire couper et broyer l'herbe. Pas de déchets de tonte puisque l'herbe est finement broyée et laissée sur place. C'est possible avec une tondeuse adaptée, avec un robot-tondeuse... mais aussi, dans l'urgence actuelle, avec une tondeuse traditionnelle : il suffit de tondre sans panier. Mais pour tout cela, il faut un gazon pas trop haut et une tonte régulière, soit une fois par semaine pour un résultat propre si vous souhaitez avoir un gazon court.
 

  Aménager des espaces naturels | On peut également modifier certaines parties du jardin pour réduire l'entretien et favoriser la biodiversité. Des prairies de fauche, prairies fleuries... On peut aussi espacer les tontes et laisser le gazon pousser, car un gazon tondu trop court stresse et est plus sensible aux périodes de sécheresse. C'est également un "désert de biodiversité" : plus c'est tondu court, moins il y a de biodiversité. Tout dépend du jardin que vous souhaitez !

Et si on en profitait pour changer ses pratiques ?

Les mauvaises pratiques du jardin

 Le brûlage : ça pollue, c'est toxique, c'est interdit !

Tout d'abord, rappelons qu'il est strictement interdit et dangereux de brûler ses déchets issus de travaux de jardinage (comme l'ensemble de ses déchets ménagers), que ce soit en ville comme à la campagne. En cas de non-respect, l'amende peut aller jusqu'à 450€. Un voisin incommodé par les odeurs/fumées peut, par ailleurs, engager sa responsabilité pour nuisances olfactives.

La combustion est source de pollution pour l'environnement et de toxicité pour l'homme, car il engendre des polluants en quantité importante comme des particules fines et des composés cancérigènes (hydrocarbures aromatiques polycycliques, dioxines...). Selon l'ADEME, 50kg de déchets verts brûlés émettent autant de particules que 9 800km parcourus par une voiture diesel récente en circulation urbaine, 37 900km pour une voiture essence ou 3 mois de chauffage au fioul.
 

 Ne pas tailler les haies en période de nidification

Le changement de nos pratiques d'entretien est nécessaire afin de préserver notre biodiversité en grand danger. Les haies représentent un petit écosystème : sites de reproduction, de nourissage et de refuge pour de nombreuses espèces d'animaux. Il est légalement interdit (par arrêté préfectoral) de tailler ou arracher une haie entre le 15 mars et le 31 juillet. En effet, cette période est la principale période de reproduction et de nidification des oiseaux.

Cette interdiction concerne les haies de la voie publique, le long des routes, chemins, cours d'eau... et pas les particuliers. Mais, le Code de l'Environnement (art L.411-1 et suivants) protège les nids : "La destruction ou l'enlèvement des œufs ou des nids, la mutilation, la destruction, la capture ou l'enlèvement, la perturbation intentionnelle, la naturalisation d'animaux de ces espèces, qu'ils soient vivants ou morts, leur transport, leur colportage, leur utilisation, leur détention, leur mise en vente, leur vente ou leur achat". Tout contrevenant est passible d'une amende de 15 000 euros et/ou d'une peine d'emprisonnement d'une durée maximale de 1 an. Veillez donc à anticiper vos tailles de haies à l'avenir !
 

 Les pesticides pour les particuliers interdits depuis un an

Depuis le 1er janvier 2019, la vente, la détention et l'usage de pesticides destinés aux particuliers sont interdits : cette interdiction ne concerne pas les produits de bio contrôle, les purins et autres préparations naturelles peu préoccupantes (PNPP) et les produits certifiés "utilisables en Agriculture Biologique".

Si vous souhaitez vous débarrasser de produits chimiques, il faut les déposer dans des points de collecte spécifiques. Plus d'informations : www.ecodds.com